Présentation du projet

Le projet consiste en la création d’un spectacle théâtral avec les élèves volontaires de la 6e année du secondaire (Rhétos) du Centre Scolaire Saint-Stanislas.

Chaque élève volontaire choisit un poste dans lequel il souhaite s’investir (Assistanat à la mise en scène, budget, promotion, technique, décor, comédien, sponsoring, programme, etc.). Il s’agit, de cette manière, de rassembler une septantaine d’étudiants autour d’un objectif commun : la réalisation d’un spectacle théâtral et sa représentation.

Ce projet fédérateur développe la notion de solidarité entre les différentes équipes. Il favorise les échanges entre les classes et participe à la naissance de nouveaux liens entre les élèves. Il cultive des compétences parfois peu exploitées dans le cursus scolaire (comme l’intelligence émotionnelle, par exemple) et tend à encourager la personnalité d’un chacun dans ce qu’elle a de plus singulière. Chaque poste devient à lui seul un exercice où l’élève a l’occasion d’exploiter certaines aptitudes issues de son propre parcours de vie  (musique, dessin, infographie, écriture, comptabilité, jeu, etc.). Il est amené à donner le meilleur de lui-même pour apporter une vraie contribution appréciée par l’ensemble du groupe. Les professeurs apportent leur soutien en fonction de la matière qu’ils enseignent et du lien qu’ils peuvent établir avec leur programme pédagogique (professeur de français, professeur d’histoire, professeur de comptabilité, etc.). Le projet trouve ainsi un écho au sein même de la classe et dépasse le cadre strictement « extra-scolaire ». Imaginé comme un véritable projet collectif, toute idée de vedettariat est exclue du processus et chaque poste reçoit une attention particulière dans la réalisation de ses objectifs. Les réunions de coordination des différentes équipes ont lieu sur l’heure de midi. Les répétitions se déroulent après les cours, et parfois le week-end, pour les filages.

Au terme du projet, le spectacle est représenté à 6 reprises, le soir, au sein même de l’établissement (salle « Agora »), pour un public de plus de 500 spectateurs. L’occasion pour les uns et les autres, le corps professoral, la direction, les élèves, les anciens, les amis et les parents, de se retrouver autour de cette création théâtrale, fruit du travail fourni par ces adultes en devenir.

Le choix du texte répond, quant à lui, à certains critères propres à ce type de projet : un nombre de rôles suffisamment important pour pouvoir répondre à la demande (en ce compris, un certain nombre de rôles féminins), une écriture accessible, et un sujet tant pertinent que palpable pour les rhétoriciens.

Par le plaisir du jeu et de l’acte théâtral, ce projet cherche à offrir aux élèves une expérience formatrice qui puisse être riche aussi bien au niveau humain qu’artistique, qui suscite une véritable réflexion individuelle sur notre société et sur l’être humain en général, et qui contribue à leur émancipation et à leur épanouissement personnel.

Hugues Chamart, Metteur en scène

Méthodologie

En début d’année, le projet est présenté par le metteur en scène à l’ensemble des classes de Rhéto, lors d’une séance d’information organisée pendant les heures de cours. Cette méthode permet d’ouvrir le projet à tous et de donner à chacun une représentation la plus juste possible de ce qui leur est proposé. A l’issue de cette présentation, chaque rhétoricien décide, oui ou non, de s’investir dans le projet et de quelle manière il souhaite le faire (comédien, décor, technique, costumes, assistanat à la mise en scène, etc.). Il importe beaucoup pour nous que chaque élève puisse choisir son rôle dans le projet. C’est l’occasion pour lui de se positionner et d’affirmer son identité encore en construction. Ensuite, c’est le metteur en scène et les professeurs qui prennent le relais, en complicité totale avec les élèves. Le metteur en scène se charge de gérer tout ce qui concerne le spectacle à proprement parler (mise en scène, scénographie, travail avec les comédiens, costumes, décor, régie, assistanat à la mise en scène) et les professeurs coordonnent et gèrent les autres aspects du spectacle tels que le  maquillage, la billetterie ou encore le bar. Le programme est réalisé par les élèves et leur professeur dans le cadre  de l’option français 6. Un programme détaillé avec interviews, résumé, analyse de l’œuvre et de son auteur, analyse de spectacles vus et ayant rapport avec le projet, présentation des équipes et de leur travail, et autres sujets imaginés pour l’occasion. Ce travail de rédaction est totalement intégré aux travaux à remettre pour cette option.

Avant de commencer les répétitions, les comédiens, eux, suivent deux journées de formation avec le metteur en scène pour s’initier et se préparer au jeu d’acteur. L’occasion, pour eux, d’en découvrir les fondements et de débuter un travail sur leur corps, leur voix, leurs émotions. C’est également lors de ces deux journées que le groupe pourra se constituer et qu’une discussion ouverte sur la pièce pourra avoir lieu. Ensuite, au cours des répétitions, chaque scène fera également l’objet d’une réflexion avec les acteurs. Il s’agit d’en comprendre le sens et les enjeux, et de pouvoir en débattre. Après que chacun ait pu s’exprimer, échanger et se positionner, le travail d’interprétation peut alors commencer. Comprendre la scène intellectuellement est une chose. La comprendre dans son corps et dans sa chair en est une autre. C’est cette expérience singulière offerte par le théâtre qui nous apparaît terriblement enrichissante et formatrice pour les élèves. Au-delà de cette double compréhension du texte, c’est tout un travail sur soi et sur sa relation à l’autre qui est mené. L’objectif ultime de l’expérience n’étant ni plus ni moins de contribuer au développement de l’individu en tant que personne réfléchie mais aussi sensible, d’encourager son émancipation et de favoriser son épanouissement personnel.

Chaque équipe constituée, autre que celle des acteurs, reçoit une attention toute particulière. Lors de séances de travail, c’est un vrai processus de dialogue, d’échange et de composition collective qui est mis en place. L’élève est sollicité dans sa créativité, son imagination et sa sensibilité, pour répondre aux défis qui se présentent à lui dans la mission qui lui incombe. Certaines de ces équipes sont suivies et soutenues par les professeurs de Rhéto, en parfaite connivence avec le metteur en scène.

Chaque élève a ainsi l’occasion de s’impliquer dans le projet et de le marquer de sa propre empreinte. Le spectacle sera le fruit de toutes ces sensibilités réunies, convergeant vers un produit artistique commun.

Objectifs pédagogiques de la pièce

Consulter les objectifs

Plus de soixante ans de « pièces des rhétos », de 1952 à 2015

La pièce est chaque année « le » projet de la rhéto. Deux rhétoriciens sur trois y participent. Le financement – important – est entièrement assuré par des équipes d’élèves autogérées (programmes, bar, entrées, sponsoring). Il n’y a pas de hiérarchie entre les équipes, pas de vedetteriat, pas de compétition. Chacun participe selon ses goûts et suivant s es disponibilités. Le but est de construire ensemble un projet qui aboutisse à une « thing of Beauty », d’autant plus précieuse qu’elle est éphémère, « La pièce » permet à la rhéto sortante d’offrir, au terme de six années passées ensemble, un présent collectif aux amis et aux parents.

Depuis 1999, c’est Hugues Chamart, ancien du collège et diplômé de l’IAD, qui assure la mise en scène de la pièce. En 2006, elle a été confiée à Julien Vanbreuseghem, ancien du collège lui aussi et diplômé du Conservatoire Royal de Mons (classe de Frédéric Dussenne).

Quand le titre est en bleu : le programme de la pièce est disponible. Cliquez.

 

2018 (14 au 18 mars – 20h) Antigone De Sophocle
Mise en scène d’Hugues Chamart
2017 (mars) La Bonne Âme du Se-Tchouan De Bertolt Brecht
Mise en scène d’Hugues Chamart
2015 (mars) Théâtre sans animaux

De Jean-Michel Ribes
Mise en scène d’Hugues Chamart
2014 (mars) Roméo et Juliette
L’affiche
De William Shakespeare
Mise en scène d’Hugues Chamart
2013 (mars) Photo Abribus De Laurent Van Wetter
Mise en scène d’Hugues Chamart
2012 (mars)
Musée haut, Musée bas
De Jean-Michel Ribes
Mise en scène d’Hugues Chamart
2011 (mars) Photos Je tremble
De Joël Pommerat
Mise en scène d’Hugues Chamart
2010 (mars) Opéra panique
D’Alejandro Jodorowsky
Mise en scène d’Hugues Chamart
2009 (mars) Arloc
De Serge Kribus
Mise en scène d’Hugues Chamart
2008 (mars) Incendies
De Wajdi Mouawad
Mise en scène d’Hugues Chamart
2007 (mars) Le théâtre ambulant Chopalovitch
De Lioubomir Simovitch
Mise en scène d’Hugues Chamart
2006 (mai) L’Inconnue de la Seine
D’Ödön von Horvath
Mise en scène de Julien Vanbreuseghem
2005 (mars) La grande Muraille
De Max Frisch
Mise en scène d’Hugues Chamart
2004 (mars) La résistible ascension d’ Arturo Ui
De Bertolt Brecht
Mise en scène d’Hugues Chamart
2003 (avril) Le Paradis sur terre
D’Eric Durnez
Mise en scène d’Hugues Chamart
2002 (mai) Le dernier homme sur la terre
D’après George Orwell,
adaptation de Vincent Vancoppenolle
Mise en scène d’Hugues Chamart
2001 (février) Le coup de Trafalgar
De Roger Vitrac
Mise en scène d’Hugues Chamart
2000 (mars) Barabbas
De Michel de Ghelderode
Mise en scène d’Hugues Chamart
1999 (mai) Six personnages en quête d’auteur
De Pirandello
Mise en scène d’Hugues Chamart
1998 (mai) Paris, mai 68, Chronique de la révolte étudiante
Collectif des rhétos sous la direction
de Vincent Vancoppenolle
Mise en scène de Frédéric Roels,
avec la collaboration d’Hugues Chamart
1997 (mai) Façades
Collectif des rhétos sous la direction
de Frédéric Roels et Vincent Vancoppenolle
Mise en scène de Frédéric Roels
1996 (avril) La Tempête
de W. Shakespeare
mise en scène de Frédéric Roels
1995 (mars) L’instruction
de Peter Weiss
mise en scène de Frédéric Roels
1994 (mars) Version grecque
de Marc-Gilbert Sauvajon
mise en scène de Philippe Roels
1993 (mars) L’oiseau vert
de Carlo Gozzi
mise en scène de Philippe Roels
1992 (mars) Et à la fin était le bang
de René de Obaldia
mise en scène de Philippe Roels
1991 (mars) Cher Antoine
de Jean Anouilh
mise en scène de Philippe Roels
1990 (février) Le suicidé
de Nicolaï Erdman
mise en scène de Philippe Roels
1989 (février) L’homme en question
de Félicien Marceau
mise en scène de Philippe Roels
1988 (février) La Grand Magie
d’Eduardo De Filippo
mise en scène de Philippe Roels
1987 (mars) Les enfants du soleil
de M. Gorki
mise en scène de Philippe Roels
1986 (février)
1985 (mars) Crime et châtiment de G. Arout
d’après le roman de Dostoïsvski
1984 (février) Les sorcières de Salem d’A. Miller
1983 (février) La résistible ascension d’Arturo Vi de B. Brecht
1982 (février) Périclès, prince de Tyr de W. Shakespeare
1981 (février-mars) Exercices de style de R. Queneau
1980 (février) La république des animaux d’après le roman de G. Orwell,
adaptation d’Olivier Binet et du Père
André van Raemdonck
1979 (février) Mistère du Moyen-Age
1978 (février) Le rapport dont vous êtes l’objet de Waclav Havel
1977 (janvier) Don Quichotte d’après Cervantes
adapté par O. Binet et A. van Raemdonck
1976 (février) Francesco Furioso de Mark Alexander
1975 (février) Romulus le Grand de Friedrich Durrenmätt
1974 (février) La grande Muraille de Max Frisch
1973 (mars) Barabbas de Michel de Ghelderode
1972 (avril-mai) Un homme pour toutes les saisons de Robert Bolt
1971 (avril) La légende du Grand Inquisiteur de Dostoïevski
1970 (avril) Le livre de Job
1969 (mai) Zoo de Vercos
1968 (mai) Le Marchand de Venise de Shakespeare
1967 (avril) Rhésos d’Euripide
1966 (avril) Le livre de Christophe Colomb de Paul Claudel
1965 (mai) Héraclès d’Euridipe
1964
1963 (mars) La découverte du nouveau monde d’après Lope de Vega
1962 (mai) Maître après Dieu de Jan de Hartog
1961 (mars) Le Vray mistère de la Passion d’Arnould Gréban et J. Michel
1960 (mai) Antigone de Sophocle
1959 (avril) Oedipe-Roi de Sophocle
1952 Meurtre dans la Cathédrale de Tomas Seamus Eliot